mardi 15 décembre 2015

Parmentier de canard tuile parmesan

voici une petite idée pour votre menu de Noël.
c'était le second plat de mon dernier Noël, après le sandre terre et mer. Un parmentier de canard confit, oignons caramélisés et tuile de parmesan.
Accompagné de la petite salade au vinaigre à l'huile de sésame, graines de sésame noir, de Maille.

Pour le préparer, je me suis facilité la tâche en achetant des cuisses de canard confites en conserve. Ensuite, j'ai tout détaillé, enlevé la peau, les os et veines, émietté.
J'ai confit les oignons. Pour cela, j'ai coupé les oignons finement, je les ai fait dorer sur la poele avec de l'huile et du beurre, je les ai arrosés de vinaigre balsamique et assaisonnés de miel (tilleul pour moi). Après 25min de cuisson (à couvert en majeure partie), mes oignons étaient prêts.
J'ai préparé une purée de pommes de terre maison, j'ai écrasé les patates avec de la crème fraîche, du lait et de la graisse de canard. Il faut que votre purée soit assez légère d'aspect, pas trop lourde ni tassée. J'ai superposé les couches dans un plat à gratin, oignons, canard et purée. J'ai fait gratiner. J'ai préparé les tuiles de parmesan, pour cela, rien de plus simple, on râpe le fromage, on l'étale sur la feuille de cuisson et au four pour 5 minutes à 210°. Je concasse ensuite les tuiles à la taille souhaitée.
J'ai découpé mon parmentier à l'emporte pièce rond, placé dans l'assiette, décoré de tuiles et de la petite salade.
A en croire le retour de table, c'était bon, car les assiettes étaient vides.
j'espère que cela vous inspirera pour vos réveillons!


samedi 28 novembre 2015

Tiens-toi droite ou l'histoire d'une erreur de scénario :) / jedna wielka pomylka

Alors là, avec du recul, je me dis que ce film, c'est une erreur de scénario, même pas de casting car c'est justement lui qui m'avais motivée pour aller voir le dernier film de Katia Lewkowicz. Mais alors! Quel film! Mais quel ratage! Mais quel galimatias! Je sais pas, ils ont tourné vite fait, ils n'avaient pas de temps, ils étaient pressés, peu de moyens. Je manque d'excuses pour ce n'importe quoi qu'est "Tiens-toi droite". Et encore, après coup, j'ai fini par me dire que c'était effectivement ainsi que la réalisatrice imaginait son dernier film.

On est allées voir "Tiens-toi droite" pleines d'enthousiasme, ravies de voir Laura Smet, Marina Foïs, Noémie Lvovsky réunies dans une superbe (sans aucun doute!!) réa de Katia Lewkowicz. Plus on avançait dans le film, plus on était déboussolées. Rien ne s'y tient. Ca n'a ni queue ni tête. Aucun lien, aucun rapport, on dirait que lors du tournage, chaque scène était tournée par une autre personne pour au bout du compte, être réunies, accollées comme ça venait, sans se soucier d'ordre ou raison.
J'essaie encore de comprendre le sens du titre par rapport au film et franchement, il va falloir que j'aille chercher sur le net celui qui m'explique cela clairement.
Un beau foutoir c'est tout à fait comme ça que je définirais ce film. Et lorsqu'il était terminé, et bien j'en aurais bien redemandé car pour moi, c'était pas fini! Je dirais plutôt qu'ils ont arrêté le tournage, faute de moyens ou d'inspiration.
Au final, après la séance, on s'est payé un bon moment de rigolade tellement le film est nul et tellement on était désenchantées.
Ca ne m'arrive pas souvent de voir les films vraiment nuls (tout est subjectif bien sûr). Je vais réfléchir pour en trouver un qui soit digne de celui-ci. Et attendant,

 ma note 1/10, et encore, le point c'est pour le moment de rigolade qu'on a eu après.


_______________________

film nie wyszedl chyba na polskich ekranach ale prawde mowiac nic nie tracicie bo to do niczego niepodobny film z swietna obsada. To zreszta obsada zmotywowala mnie by pojsc obejrzec najnowszy film Katii Lewkowicz. To jednak jedna wielka pomylka, ponoc rezyser tak wlasnie wyobrazila sobie te komedie ale jak dla mnie to wrecz odwrotnie, brak inspiracji, wena tworcza poszla spac a oni nakrecili flm zbierajac w kupe wszystkie nakrecone sceny, ie przejmujac sie czy sie to trzyma kupy czy nie.
Tak, wedlug mnie opisac mozna najnowszy film o nic nie znaczacym tytule "Trzymaj sie prosto"

moja ocena 1/10
a ten punkcik to za polgodzinna partie smiechu jaka sobie zaserwowalysmy z psiapsiola po wyjsciu z kina, tak nam bylo glupio, ze udalo sie nam wysiedziec do konca filmu ;)

mercredi 11 novembre 2015

le FILS DE SAUL Grand Prix de Cannes, plus que mérité


oui, oui, je sais, encore des jours d'absence mais je corrige mes fautes et j'arrive pour vous parler ce soir...
à chaud, à peine sortie du ciné, je partage avec vous mes impressions sur ce film horriblement cruel, terriblement réaliste et atrocement vrai...
Laszlo Nemes a fait le choix de nous montrer la vraie vie de camp de concentration d'Auschwitz, caméra à l'épaule, tout près de Saul, un pauvre juif, forcé d'accompagner les SS dans le processus d'extermination de prisonniers, qui, un jour, découvre parmi les corps anéantis par le cyclone B, le corps de son fils....
les 2 heures du film nous suivons Saul dans son combat de sauver le corps du garçon des flammes du four crématoire, il veut à tout prix l'enterrer...
Dans cette réalité à peine croyable, dans une situation sans issue, Saul tente, tant bien que mal, de retrouver en lui ce semblant d'humain qu'il était avant, avant que les nazis le fassent devenir un robot, un inhumain, un monstre...
que sommes-nous capables de supporter, de quoi sommes-nous capables au nom de la vie, au nom de la survie, ce sont de telles questions qui nous viennent en tête en regardant ce film vraiment réussi

il y en a eu des films sur la guerre, sur les camps de concentrations. Chacun d'entre eux traite le sujet à sa manière, la manière de Laszlo Nemes est encore différente. On ne voit pas grand chose, la façon d'aborder l'environnement est particulière, le réalisateur nous préserve de l'horreur en rendant flou le fond de l'image. Cependant, je finis par me dire que de ne pas voir est parfois pire car notre imagination fait le reste et l'impensable devient imaginable.
C'est un film sans concession, qui ne ressemble en rien à la Liste de Schindler, à L'enfant au pyjama rayé ou un autre Pianiste. Tout ici est brut, il n'y a pas de cliché d'un mauvais SS, d'un bon juif, car au regard de la réalité de l'enfer qu'ils vivaient tous, même le meilleur des bons polonais pouvait devenir un salopard de kapo.

Je suis Polonaise, je viens d'une petite ville située non loin de Auschwitz. A 11 ans, comme tous les enfants du pays, j'ai fait un voyage scolaire obligatoire dans le camps de Auschwitz Birkenau.
Devoir de mémoire
Cela fait 30 ans et pourtant, je m'en souviens comme si c'était hier.... Grâce ou à cause du film, les souvenirs pourtant imprimés, sont redevenus encore plus présents. Car Le fils de Saul nous montre tous les endroits du camp, on a droit à une monstrueuse visite guidée d'un endroit qu'on aurait tous préféré ne pas savoir avoir existé. Et pourtant, ces camps sont bel et bien là, ils ont été témoin et acteur de l'extermination des peuples haïs par Hitler. Sauf quelques (à mon sens) injustices de transcription de l'histoire, cet horrible film est une histoire d'un minimalisme impressionnant, troublant, qu'on est pas prêt d'oublier



ma note 9/10

dimanche 25 octobre 2015

mignardise chocolat top chrono!






Bon, oui, je sais, je ne suis pas vraiment très assidue à venir sur le blog mais j'aime être dans ma cuisine et un peu moins devant l'ordi à mettre en place les messages...
aujourd'hui une petite douceur en chocolat prête en 15min chrono! Ca vous tente? C'est une petite merveille qui se mange sans fin, pour tout amateur/amatrice de chocolat. Je n'en suis pas une mais les gâteaux comme ceux-là sont vraiment très bons.

En plus, il ne faut pas grand chose pour les faire:

1 tablette de chocolat pâtissier noir ou au lait 200g
40g de sucre
2 blancs d'oeuf

faites fondre le chocolat, laissez le refroidir un peu
préchauffez le four à 180°
battez les blancs en neige en ajoutant le sucre
mélangez les blancs au chocolat tiédi

faites des petits gâteaux à la cuillère ou à la pocha à douille
j'en fais 25

enfournez et laissez cuire 8min, pas plus!
à la sortie du four, les gâteaux sont un peu mous,
ils vont se rigidifier rapidement, tout en restant moelleux à l'intérieur
comme des meringues

Bon goûter!

dimanche 17 mai 2015

TARTE CITRON MERINGUEE / LEMON MERINGUE PIE


alors celle-ci, elle s'est fait attendre. C'est, sans aucun doute, ma tarte préférée. Mais tellement belle, tellement classe que je n'ai longtemps pas eu le courage de la faire soi-même. Mais c'est fini, j'ai enfin sauté le pas et la tarte au citron meringuée n'a plus de secrets pour moi.
Elle est finalement assez simple à réaliser (je n'en doutais pourtant pas mais ...) et voici la recette que je partage avec vous.



pour le fond de tartelette j'ai fait la pâte sucrée

PATE SUCREE

 250g de farine
150g de beurre mou 
75g de sucre glace
50g d'amande en poudre
1 oeuf
1 pincée de sel

mélangez le beurre avec le sucre glace, ajoutez ensuite l'oeuf , la poudre d'amande, 
le sel et la farine
travaillez la pâte juste ce qu'il faut et étalez-la entre deux feuilles de papier cuisson
Si vous avec des cercles de cuisson, pré-découpez dans la pâte 
les fonds et les lamelles pour les bords, 
si vous comptez faire vos fonds avec les moules à tartelette, découpez les cercles 
au diamètre nécessaire
ensuite mettez tout au congélateur pour 1/2h minimum

Après ce temps, sortez la pâte du congélateur, chemisez vos cercles (ou moules) 
en assemblant les morceaux (veillez bien à ce que la base soit bien collée avec les bords) 
et faites-les cuire 15min à 180°
Dans différentes recettes, j'ai remarqué qu'on beurrait les cercles avant de les chemiser, 
je ne l'ai pas fait et la pâte n'a pas collé pour autant.
Une fois cuits, les fonds de tartelettes refroidis sont prêts 
à être garnis de crème citron

* ASTUCE *
 si vous préparez vos tartelettes pour le lendemain voire surlendemain:
en fin de cuisson de vos fonds, sortez-les du four et 
badigeonnez les fonds avec du blanc d'oeuf, remettez à cuire le restant du temps
cela formera une pellicule étanche 
qui empêchera les tartelettes de ramollir en contact avec la crème,
en attendant d'être dégustées :)

CREME CITRON

2 citrons non traîtés
dont on récupérera les zestes et le jus
80g de sucre glace
40g de beurre
2 oeufs

faites cuire au bain-marie 
tous les ingrédients préalablement mélangés
sans cesser de mélanger faites cuire jusqu'à la première ébullition
votre crème est désormais épaisse,
 mettez le bol dans de l'eau froide afin de stopper la cuisson
laissez la crème refroidir et garnissez vos tartelettes

MERINGUE

3 blancs d'oeuf
40g de sucre poudre
+
160g de sucre en poudre
de l'eau (env. 40g)
mettre le sucre (160g) à cuire pour cela:
on met le sucre dans une casserole à fond épais, on mouille avec de l'eau
ATTENTION d'en mettre juste ce qu'il faut, 
c'est-à-dire, le sucre doit être couvert et mouillé mais pas au delà!
faites cuire sans trop remuer, mélangez doucement jusqu'à 116°

*ASTUCE*
ne possédant pas de thermomètre de cuisine je réalise mon sucre 
en vérifiant sa cuisson à l'aide de l'eau glacée, méthode dite "au boulet"
après qqs minutes de cuisson, je prends une goutte de sucre avec une cuillère et je la mets dans l'eau glacée. Si la boule de sucre reste entière et devienne malléable c'est que le sucre est cuit
si par contre le sucre fond et se désintègre, c'est le signe qu'il manque de cuisson

En parallèle commencez à monter les blancs en neige en y ajoutant le sucre en poudre
vos blancs sont montés et le sucre est cuit
versez le sucre cuit en petit filet sur le bord du bol dans lequel se trouvent vos blancs. Mélangez au batteur puissance max jusqu'à ce que le mélange soit complètement refroidi.

Avec une poche à douille couvrez vos tartelettes de meringue, faites dorer ensuite 
avec un chalumeau ou au four position grill (ATTENTION, au four cela ne prend que quelques secondes! ne partez pas en les laissant sans surveillance!)



voilà!
bon appétit!

vendredi 8 mai 2015

Kanelbullar ou escargot à la cannelle



qui aime la cannelle? Et le brioches de chez le suédois? Moi! Moi!
Alors j'ai décidé d'essayer d'en faire à la maison, c'est trop bon et finalement pas cher. Il faut juste un peu de temps, le temps que la pâte à brioche lève...
Alors on y va?
C'est parti!


pour la brioche

20g de levure fraîche
350g de farine
75g de sucre en poudre
une pincée de sel
15cl de lait tiède pour la levure
1 oeuf
50g de beurre mou


pour la garniture

80g de beurre
80g de sucre
3 cuillères à café de cannelle

mélangez la levure émiettée avec le lait tiède, laissez 5min
dans un saladier ou un robot mettez la farine, le sucre et le sel, ajoutez l'oeuf entier et la levure
travaillez la pâte pour qu'elle devienne élastique et ajoutez-y le beurre mou
travaillez l'ensemble qqs minutes afin que le beurre soit bien intégré

laissez reposer 1h30 (ou que cela double de volume)
pour être sûre, je laisse la saladier à proximité d'une source de chaleur

préparez maintenant la garniture
dans un bol laisser le beurre ramollir, ajoutez le sucre et la cannelle
mélangez jusqu'à obtenir une pâte crémeuse et onctueuse

ensuite, prenez la pâte, faites-la dégazer
étalez-la en rectangle et couvrez-la de beurre à la cannelle

roulez tout en boudin (on roule du côté le plus large)
coupez en 12/14 morceaux

mettez les briochettes sur la plaque recouverte de papier sulfurisé
couvrez d'un torchon et laissez gonfler 20min
après ce temps badigeonnez les brioches de jaune d'oeuf délayé avec 1 cuillère de lait

enfournez pour 20min à 180°

les kanelbullars sont moelleux à souhait

le lendemain ils deviennent un peu plus secs mais il leur suffit d'un moment au micro-ondes (10sec) ou au four (5min) et le tour est joué! Personnellement, je préfère le micro-ondes, ça ramollit la brioche sans trop l'assécher :)

bonn appétit!

vendredi 27 mars 2015

A la vie! / LeHaïm! / Za lepsze zycie!



une histoire, vraie, douloureuse, douce, vivante, joyeuse et triste à la fois, comme la vie que l'on célèbre ici!
"A la vie" est un film retraçant la vie de trois femmes rescapées du camp de concentration de Auschwitz qui se retrouvent 25 ans plus tard pour célébrer la vie qui leur a été sauve.  Elles se rencontrent à Berck sur Mer et durant quelques jours elles vivent ensemble, partagent, échangent et profitent de la vie. C'est l'histoire de la mère du réalisateur qu'il nous livre là.... Chacune a vécu son histoire, a essayé de refaire sa vie après la guerre et après les épreuves qui les ont changées à tout jamais. Parfois, en se voilant la face, elles essaient de faire semblant mais les expériences qu'elles ont partagées ensemble pendant la guerre les ont rendues uniques et à rien ne sert de se mentir. Elles savent très bien ce que l'autre vit puisqu'elles ont été marquées de la même façon.

Ce film est un hymne à la vie, quelle qu'elle soit, il faut la vivre à fond, car nous n'on avons qu'une et il n'y aura pas d'autre essai.
Les actrices choisies pour ce film sont exceptionnelles, Julie Depardieu qui est très juste, Johanna ter Steege, dure, franche, implacable et Suzanne Clément, saisissante dans ce rôle qui change après celui dans lequel je l'ai découverte, à savoir dans "J'ai tué ma mère" et ensuite dans "Mommy" de Xavier Dolan.
Le film de Jean-Jacques Zilbermann est d'une certaine manière la suite du documentaire qu'il avait réalisé quelques années auparavant "Irène et ses soeurs" dans lequel il filmait sa propre mère passant du temps avec ses amies. Tous les étés, à partir du moment où elles se sont retrouvées, elles se revoyaient à Berck, le temps d'un week-end et ce lien recréé a donné l'idée au réalisateur de partager avec les autres la joie et le bonheur qu'on a à se sentir vivant, malgré les épreuves de la vie.

ma note 6/10


dimanche 15 mars 2015

SELMA de Ava DuVernay



un chapitre de l'histoire américaine qui a failli ne pas voir le jour car les Américains comptent bien sur l'Europe pour faire marcher leurs films et là, ils étaient persuadées que les Européens ne s'intéressaient pas aux biopics des Noirs. Non mais, franchement, si nous, on s'y intéresse pas, qui s'y intéresserait? Puisque même à Selma, la ville où ont eu lieux les événements liés à Martin Luther King, plus rien n'est égalité, le racisme est toujours aussi présent et la ségrégation est aussi visible qu'il y a 50 ans. Mais bon, Martin Luther King s'est battu pour le droit de vote, il l'a obtenu au prix des blessés, des morts, de sa propre mort. C'est Oprah Winfrey qui a défendu la cause du film et a sans doute aidé sa sortie.

Pour ce qui est du film en lui-même, franchement, je l'ai trouvé long. Et lent. Limite, je me serais endormie... J'aime les biopics, j'aime les histoires de grands personnages et je ne peux pas dire que je n'ai pas été servie. Mais c'est long, ça a manqué d'entrain, les lenteurs entre les scènes sont pesantes,  les acteurs jouent très bien mais il m'a manqué quelque chose. Ce petit quelque chose qui fait qu'on est dans l'histoire à attendre la suite, sans répit, suspendu.
J'aime aussi les films lents (et longs) mais Selma m'a déçu. Oui, je le recommande pour apprendre sur l'histoire des Noirs ou sur la ségrégation mais si vous avez envie de le voir, vous pouvez tout aussi bien d'attendre la sortie dvd.
Du moins, selon moi...

note 6/10

La vie sauvage / Dzikie zycie


Je n'aime pas Mathieu Kassovitz. Il ne m'inspire rien de bon, je n'aime pas son attitude hautaine, sa façon de parler, au dessus des autres, mais il est quand même bon acteur et parfois, je réussis à regarder un film sans que sa présence ne me dérange. Heureusement, car lorsqu'il tient le rôle principal, ce serait vraiment bête de fermer les yeux pendant 3/4 du film :)

Alors je suis allée voir la "Vie sauvage" de Cédric Kahn, encore un film inspiré d'une histoire vraie (de la famille Fortin) où un couple déchiré n'arrive pas à trouver un accord pour la garde des enfants. Le père (joué par M. Kassovitz) enlève ses deux fils et les emmène en cavale durant plus de 10ans. Les garçons sont pris en otage et n'ont pas d'autre choix que de suivre leur père bien que, au fond d'eux, une telle vie leur convient, du moins au début. Cachés, vivant sous de fausses identités, ils réussissent à échapper à la police et à la mère qui n'a jamais cessé de les chercher.
Au bout de 11 ans de cavale, les enfants, devenus adultes, prennent les rennes de leurs vies et quittent leur père. Je ne vous dévoilerai pas la suite car bien que connue, cette histoire n'est peut-être pas connue de tous. Je vous laisse le plaisir de la découvrir sur les écrans ou alors en livre car avant d'être le film, c'est d'abord un livre "Hors système", écrit par les deux fils.

J'ai finalement apprécié ce petit film sans prétention. Il parle de notre société, des gens et de ce qui nous conditionne. J'ai aimé l'histoire dans sa simplicité, car il faut se rendre à l'évidence, nous vivons dans une société de surconsommation, nous avons plus qu'il ne nous faut et plus qu'on ne peut avoir, on n'a jamais assez et on n'est jamais rassasiés. Et ça fait un peu bateau, je l'avoue, de se dire que le salut vient du retour à la nature mais pourtant c'est pas faux. Alors oui, ce film, le temps d'une séance, nous remet les idées en place, nous remet sur les rails. Et effectivement, on a l'impression de comprendre que la vie peut être plus simple, plus saine, moins compliquée. C'est nous qui nous la rendons parfois invivable. Et durant deux trois jours on va s'efforcer à appliquer quelques règles retenues dans le film mais au bout d'une semaine la réalité nous rattrape et on reprend le cour de la vie d'avant. Dommage...
Et pourtant, dans la nature tout est simple, il suffit de regarder. Tout est rond, fluide, harmonieux. Et c'est bien l'homme qui a inventé les angles. Qu'est-ce qu'il était con, celui-là!

ma note 5.5/10

lundi 16 février 2015

Une nouvelle amie OZON

Une nouvelle amie - François Ozon


Roman Duris est une femme? Non mais ça lui va drôlement bien :)
Un film assez plat, sans profondeur, qui parle d'un sujet sérieux et assez fréquent en ce moment, la question du genre.Après la mort de sa femme, un homme se retrouve seul avec son bébé. Le nourrisson ressentant le besoin de sa mère, le père décide de se travestir en son épouse défunte afin de combler les besoins de l'enfant. Cependant, ce déguisement n'est pas nouveau car l'homme le faisait déjà, bien avant la mort de sa femme. Il ne le fait donc pas seulement pour l'enfant mais surtout pour lui, pour assouvir ses besoins et désirs.
L'histoire devient plus complexe lorsque la meilleure amie de la femme découvre  le secret du mari et décide de rentrer dans son jeu. Malsain, dérangeant, surprenant et intéressant mais pourtant assez mal fait, du moins pas approfondi, cette histoire aurait pu être plus belle et plus creusée. Avec une fin d'une nullité mais bon, c'est tout de même une adaptation alors on n'en tiendra pas rigueur au réalisateur, de lui-même il aurait peut-être fait différemment. Je ne suis pas particulièrement fan de François Ozon, Son cinéma ne me parle pas plus que ça, j'avais surtout aimé "Les  8 femmes" mais c'est quasiment une pièce de théâtre donc, on ne peut pas vraiment comparer. "Une nouvelle amie" m'a juste réconfortée dans l'idée que Ozon c'est par trop pour moi.

Ma note 4/10


samedi 7 février 2015

MOMMY Xavier Dolan


encore une tuerie (en sens figuré bien sûr!) de ce prodige de Dolan. Voilà ce qu'on entendait partout sur sa dernière oeuvre. Et j'avoue que cet engouement me faisait peur car si tout le monde est si unanime à propos d'un film si controversé, il y a de quoi s'inquiéter. L'avis des faux intellos ou justesse de jugement?
Après le très torturé "Tom à la ferme" (bon mais alors très torturé) nous voici dans le quasi contraire du "J'ai tué ma mère", j'ai nommé MOMMY, portrait de femme, portrait de mère.
Tout d'abord les acteurs, parfaits, profonds, touchants et singuliers. Ensuite la musique choisie comme toujours au volet, dans Tom à la ferme nous avions droit au "Moulin de mon coeur" et là, du Andrea Bocelli et du Céline Dion que je n'aurais jamais cru si intense et si sensuelle. Ensuite vient l'image et son cadrage, très importants dont je ne dévoilerai pas la particularité mais dont je vous dirai qu'ils ont une importance majeure dans le film.
Et puis, bien sûr, l'histoire, d'une femme qui essaie, tant bien que mal de garder les liens avec son fils dont elle obtient la garde, un adolescent impulsif et violent. Et d'une femme perdue, étrange, qui elle, essaie de créer des liens comme pour compenser un manque que l'on ne comprendra jamais mais que l'on nous laisse la liberté d'inventer....
Le temps du film, on entre dans la vie de ses gens, on mange avec eux, on crie avec eux, on pleure et on chante avec eux et on est suspendus à leurs lèvres à un tel point que même le québécois de tabernacle ne nous fait pas peur et on comprend tout.
J'ai été touchée par la maladresse des personnages, ils sont touchants pourtant violents, ils sont gauches et justes à la fois, à la recherche de quelque chose que l'on a du mal à définir mais qui s'appelle pourtant l'amour. L'amour destructeur, l'amour violent, l'amour absolu et inconditionnel. Et on se détruit en même temps que le film avance et à la fin, on est livide.
Les films de Dolan sont toujours dans l'excès, dans l'exagération, dans la violence, pour une fois le sexe n'est pas sujet majeur dans ce film-ci. J'ai aimé qu'il en soit ainsi. Ses films provoquent toujours autant de réactions mais il est vrai qu'à 25 ans avoir fait 5 films qu'ils soient tous encensés par la critiques c'est assez troublant. Dolan met dans ses films tous ses tripes, il se lâche et sans concession nous livre le plus viscéral et le plus animal des sentiments.
Je vous le recommande vivement, sans hésitation, j'ai enfin vu tous ses films et Mommy est, pour moi de loin le meilleur Dolan. Et je crois bien mon meilleur film de 2014.



ma note 8.5/10

--------------------------------------

jeden z lepszych filmow 2014 roku. Oczywiscie moim zdaniem absolutnie subiektywnym.
Swiat Dolana jest kontrowersyjny ale zawsze budzi mnostwo krytyk, opinii i dyskusji. Nie odszedl od tego ostatni film Mama, ktory budzi w nas wiele pozytywnych i negatywnych emocji.
Historia matki, ktora probuje utrzymac wiezi z trudnym w pozyciu synem. Po kilku latach w osrodkach dla dzieci z ADHD syn powraca do matki. Ich relacje dalekie sa od idealnych, nie do konca potrafimy pojac kim tak naprawde jest dla Steeviego jego matka. Przyjaciolka, idealem kobiecosci, matka czy bomba seksualna.  Do momentu gdy pojawia sie inna kobieta, dzieki ktorej te wiezi dostana nowych skrzydel i nadzieje na chwile oddechu.
Jak zwykle film jest piekny, estetyczny, poruszajacy i budzacy w nas reakcje o jakie bysmy sie nie posadzili. Dolan, jako prawdziwy mistrz w tej dziedzinie prowadzi nas przez swiat bohaterow tak, ze mamy wrazenie uczestniczyc w ich zyciu, siedzac przy ich stole, tanczac przy piosence Celine Dion. Specyficzny format filmu tez daje wiele do myslenia bo nie jest on wylacznie wyborem technicznym ale prawdziwym elementem estetycznym. Wszystko jest wyrachowane, przemyslane do tego stopnia ze widz lapie sie na tym, ze sam doszukuje sie symboliki w najdrobniejszym nawet kawaleczku filmu.
Polecam bez wahania z moja ocena

ocena 8.5/10

vendredi 30 janvier 2015

les Héritiers - on passe à côté????




En voilà, un film qui a fait parler de lui. "Les Héritiers" est effectivement le film de la fin de l'année 2014. Tout comme la Famille Bélier en est un du début d'année 2015. Mais je vous parlerai de ce deuxième une autre fois.

Je suis allée voir "les Héritiers" par envie, par devoir de mémoire, par curiosité de l'engouement qu'il provoquait. Et je n'ai été déçue en rien du tout. Il est juste et il est honnête. Un film français, un film à la limite d'une docu -fiction (que cela sonne moche!), mais au plus profond une belle histoire et vraie en plus! Si vous vous intéressez un peu au cinéma, vous n'avez pas pu échapper au bruit fait dans les médias par le film. Les critiques, le public, les acteurs invités dans toutes les émissions télé.

Une classe de lycéens qui ne croient pas beaucoup en eux, d'ailleurs personne ne croit en eux, sauf, peut-être leur prof principale. Et c'est cette classe qui va partir à l'aventure, contre les élèves doués d'autres écoles, dans un concours national sur la condition des enfants et adolescents dans les camps de concentrations nazis. Et c'est ce sujet dur, difficile et inconnu qui va réveiller dans les coeurs de ces adolescents une curiosité qu'ils ne se connaissaient pas, un engagement et dévouement à une cause. Nous suivons leurs métamorphose car c'est de cela qu'il s'agit, avec le coeur serré, nous sommes bouleversés par la découverte de leur vraie nature, au plus près de l'autre.
Bien évidemment c'est tout beau, tout gentil, pas d'accrocs, porteur d'espoir et de gentillesse. Cela peut parfois déranger mais finalement la magie opère et le film est une petite perle cinématographique.
Et le passage de l'un des derniers rescapés des camps nazi, Léon Zyguel est juste comme suspendu dans le temps. Bouleversant, plein d'émotion...  Pour petite anecdote, cette scène a été tournée au plus réel possible, sans répétitions et juste en une prise, d'une part pour rester vraie et d'autre part par respect du témoignage de Monsieur Zyguel.

Bref, vous avez compris, j'ai beaucoup aimé ce film, qui malgré quelques clichés, reste un film à voir, absolument.
Et c'est là mon coup de gueule car à l'annonce des films nominés pour les Césars 2015, on es frappé par l'absence quasi parfaite de ce film magnifique. Est-ce une erreur?  Est-ce une tactique par rapport aux récents événements parisiens... Je n'en sais rien mais franchement, je suis DEGOUTEE de ne voir qu'une pauvre nomination pour espoir masculin .... Et meilleur film? Et meilleur rôle féminin? Et Meilleur scénario?? Adaptation? Allez, donnez tout à la Famille Bélier! C'est tellement mieux, tiens!
Et passons à côté de ce film  d'une splendide leçon d'histoire, pourquoi s'attarder là dessus... agrrrrrrrrr

ma note 7/10


mercredi 28 janvier 2015

un petit chou, ma Chouquette? / Malego ptysia, Ptysiu?

Na prosbe generalna wszystkich wielbicieli ptysiow, ciasteczek i innych karpatkopodobnych slodkosci,
przepis na bardzo szybkie i proste ciasteczka francuskie, zwane tutaj "chouquette" (szuket)



przygotowanie 15min (w tym czasie piekarnik sie nagrzewa)
pieczenie 15-20min

potrzebne bedzie:

250ml wody
100g masla
150g maki
pol lyzeczki proszku do pieczenia
pol lyzeczki soli
plaska lyzka cukru
male opakowanie cukru waniliowego
3 duze jaja

wode z maslem zagotowac
zdjac z ognia i jednym ruchem wsypac do gotujacej sie wody make z sola i proszkiem

drewniana lyzka wymieszac mase az bedzie elastyczna i jednolita
ostudzic 5min
wsypac cukry i jedno jajko
wymieszac az jajko sie wchlonie
dodac drugie jajko, wymieszac, dodac trzecie, wymieszac
(jak ktos nie ma sily to zamiast lyzka, mikserem mozna wymieszac )

piekarnik nagrzany i gotowy, na 210st
na blache wylozona papierem sniadaniowym rekawem lub lyzeczka nakladac kulki wielkosc sliwki 
posypac cukrem perlowym *
piec 15-20min nie otwierajac piekarnika

z tej porcji wychodza dwie blaszki, jakies 40szt w zaleznosci o wielkosci

a dla odwaznych, mozna zrobic mase budyniowa i nafaszerowac nia te szuketki :)

SMACZNEGO!

* cukier perlowy, ciezko bylo mi znalezc polski odpowiednik ale udalo mi sie dowiedziec, ze sa to krysztalki cukru pudru i mozna je znalezc tutaj
http://natura24.pl/ozdobny-cukier-puder-250g.html

------------------------------------------------

cet après midi, j'ai testé les chouquettes. Et non, je n'en ai jamais fait et en rentrant des courses, les enfants m'ont demandé "qu'est-ce que Tu vous a préparé pour le goûter?" Et bein, rien..... Ni une ni deux, il était 16h, j'ai sorti une casserole, une recette et me voilà partie pour préparer mes premières chouquettes. Une demie heure plus tard ça sentait bon à la maison et les enfants se régalaient avec le goûter maison. 
Je recommencerai sans souci mais je crois surtout que je vais apprendre aux enfants de faire cette recette eux-même car elle est très facile et abordable.

- 250ml d'eau
- 100 g de beurre
- 150 g de farine
- 1 cuillère à soupe de sucre
- 1/2 cuillère à café de sel
- 1/2 cuillère à café de levure chimique
- 1 sachet de sucre vanillé
- 3 oeufs
- sucre perlé pour décorer

faites bouillir l'eau avec le beurre, lorsque l'eau bout, versez-y en une fois la farine avec sel et levure
mettez le four à chauffer, th 7 (210°)

mélangez bien afin que tout soit homogène
laissez refroidir quelques minutes et ensuite incorporez-y les sucres et ensuite les oeufs, un à un

une fois tout bien mélangé, formez les petits tas sur une plaque recouverte du papier sulfurisé
saupoudrez de sucre perlé

faites cuire 15-20 minutes

bon appétit!

vendredi 9 janvier 2015

Je suis Charlie / Ja tez jestem Charlie







depuis hier je me demande quoi écrire à propos de ce qui arrive en France.... faut-il écrire quelque chose...?

L'émotion est grande et mon âme pleure, hormis les dessins des caricaturistes qui affluent et cette chanson composée en un temps record par JB Bullet, je ne suis pas assez bien pour écrire quelque chose de moi même, alors je partage....



pozyczysz mi olowek?
 uwazaj, jest naladowany!

umarli ze smiechu




parce que la liberté de penser, la liberté de parole et d'humour est un droit fondamental pour lequel on ne doit pas tuer, pas ici, pas dans un pays libre, démocratique, le pays des droits de l'Homme
nulle part d'ailleurs...

--------------------------------
bo wolnosc slowa, wolnosc prasy, prawo do satyry, do karykatury to prawo kazdego, nie powinno tak byc ani tutaj, w kraju Praw Czlowieka, ani nigdzie indziej, ze zabija sie ludzi w imie ponoc Boga, jaki to Bog kazal odbierac innym zycie...
jest mi smutno, jest mi ciezko, za ciezko by napisac cos od siebie, dla oddania tego co w glebi serca, kilka wybranych rysunkow, w holdzie poleglym z olowkiem w rece najwiekszych francuskich  rysownikow....

jeudi 1 janvier 2015

Macaron au beurre salé ou alors BONNE ANNEE / makaronikowy poczatek roku

En ce premier jour de l'année, je vous souhaite plein de belles choses, que la vie vous soit douce, généreuse et indulgente. Et qu'elle vous apporte juste ce qu'il faut pour savoir apprécier à sa juste valeur les gens qui vous entourent et le bonheur que vous partagez avec.
Et pour vous apporter encore plus de douceur, voici un goûter raffiné et généreux.


dans les couleurs douces, rose et parme pastel, voici les macarons caramel au beurre salé. Je crois bien que c'est les meilleurs macarons que j'aie mangés. Et non pas parce que c'est moi qui les ai faits mais tout simplement parce que j'adore le caramel au beurre salé. Et en l'alliant au macaron, c'est le sommet de gourmandise, enfin, pour moi.
Pour mes macarons, comme toujours, meringue française (faute de thermomètre), les coques congelées (la première pour moi!) et un dessert de Noël est né. Avec le caramel dont je vous donne ici la recette.
Si vous souhaitez que je partage avec vous ma recette pour les coques, n'hésitez pas à me faire signe!

CARAMEL AU BEURRE SALE
100g de sucre
80ml de crème liquide entière chauffée
40g de beurre doux
fleur de sel
(ou beurre salé directement)

vous faites un caramel à sec, sans trop remuer la casserole à fond épais, vous chauffez le sucre en le versant à quatre reprises, une fois la première partie dorée, vous rajoutez la seconde et ainsi de suite. Le caramel est au final assez brun.
Pour éviter tout risque d'éclaboussures faites chauffer la crème et versez-la dans le caramel, mélangez énergiquement. Terminez par mettre le beurre coupé en dé, mélangez afin qu'il fonde et épaississe le caramel. Si vous optez pour la fleur de sel, ajoutez là en premier, avant le beurre.
Laissez prendre au frigo dans la poche à douille, mais pas trop, sinon vous aurez du mal à le faire sortir pour garnir vos macarons!
Pour les coques congelées, sortez-les et garnissez sans attendre. Ensuite le tout dans une boite hermétique pour une nuit au frigo. Si vos coques sont fraîchement faites, assurez-vous qu'elles sont froides et garnissez les généreusement.
Ensuite, patientez une nuit et régalez-vous!!


------------------------------

Z racji Nowego Roku zycze Wam wiele dobrego, duzo optymizmu, roadosci, usmiechu oraz spokoju w sercach, przez caly rok...
a oslode tego pierwszego dnia roku, u nas zimnego (zapewne cieplejszego niz u Was) slodkie co nieco.

w Polsce moze malo znane i popularne makaroniki, u mnie, na swiateczny stol przywitaly o smaku cytrynowym oraz o innym, typowym dla Francji, karmelowym ze slonym maslem. Moze polskie podniebienia nie znaja tego samku ale zapewniam Was ze jest jedyny, niepowtarzalny i wyjatkowy. 
Dla ciekawskich moge podrzucic przepis, dla sceptykow moge powiedziec ze to prawdziwe niebo w gebie :))))